La commune en quelques mots

La commune de Bouzeguene fait partie des communs existants avant l’indépendance en 1962 elle comptait 39 villages

En 1985 elle est subdivisée en 3 communes
- Bouzeguene (23 villages)
- Béni-Zikki (9 villages)
- Idjeur (7 villages)


En fin 2005 Bouzeguene comptais 30.000 habitants dont une très grande majorité de jeunes

Une grande partie de la population réside dans les grandes villes ou a l’étranger, ils sont estimés au triaire.

La Santé :

La commune dispose aussi d’un centre de santé (le plus ancien centre de la commune) communément appelé dispensaire au centre de la commune

La commune dispose aussi de trois unités de soins de proximité dont 2 sont malheureusement fermées

Et en fin elle dispose d’une polyclinique (mutualisé avec Ath-Zikki et Ath-Idjeur) à Loudha, elle assure les soins d’urgence et un médecin est présent en permanence. Mais dans la majorité des cas d’urgences les malades sont transférés dans un hôpital, et le plus proche est à Azazga a 26 Km. C’est d’ailleurs un gros point noir, la Daïra de Bouzeguene (plus de 55.000 personnes) ne dispose d’aucun Hôpital, et pour voir un médecin spécialiste, la aussi, il faut avaler des kilomètres.

La réalisation d’un hôpital avec un service d’urgence et des consultation/Hospitalisation spécialisées est devenue une urgence vue le nombre de personnes de la Daïra hospitalisées loin de leurs proches

Éducation:

Comme pratiquement dans tout le pays, la couverture scolaire est maximale. Tous les enfants sont scolarisés (c’est une obligation sur les années appelées FONDAMENTAL, un point très positif)
La commune compte 17 écoles primaires, 4 CEM (collèges) et 2 Lycées

Ce qui est moins positif est l’état des bâtisses, en général mal entretenus, coté sanitaires … pas de commentaire.
Car si le budget de la construction (quoi que l’on dit) l’état fait un effort, le budget de l’entretien n’est pas toujours là (généralement on ne peut pas le mettre dans les statistiques)

Un autre point noir est le sport scolaire, même si une salle polyvalente est en cours de réalisation au lycée, les établissements ne disposent pas de terrains sécurisés pour la pratique du sport scolaire

La réalisation d’un centre de formation varié, avec des spécialités ouvertes aux handicapés, éviterais pas mal de déplacement pour nos jeunes.

Le sport et culture

Coté sportif et culturel, la commune est très démuni, étant donné une population très jeune les infrastructures sont pour dire inexistantes.

Coté Sportif, des terrains de jeux (de foot sport roi) sont réalisés dans certain villages mais coté encadrement et équipement nous y sommes pas encore, hormis les sports de combats, les autres disciplines sont quasi inexistantes

Le complexe sportif qui a fait naitre un espoir est désert, vu d’extérieur, une sale (probablement polyvalente) et un bâtiment administratif sont fini mais probablement pas équipés, la route qui y mène est bitumée, mais le terrain de foot et les autres terrains n’existe pas encore… au final, le complexe n’est pas encore en service

Coté culture, le centre culturel, au centre ville dispose d’une grande salle, d’une salle de réunion et de 2 autres salles en plus du bureau de direction, l’activité principale est la mise a dispos de la grande salle pour la pratique des sport de combat. Elle dispose d’une bibliothèque au sens minimal du terme,
Des expositions est des projections sont réalisés de temps à autre, mais concrètement, elle ne dispose pas de moyen matériel et humain pour jouer sont rôle.
La maison de jeune n’est pas mieux lotie en termes d’équipement, et les activités proposées ne sont pas suffisantes
A noté que des maisons de jeunes sont en cours de réalisations. Espèrent qu’elles soient vite achevées et qu’elles proposent des activités qui fédèrent, occupe et forment le maximum de jeunes.

Économie

L’économie de la commune, est majoritairement tournée vers le commerce de détail, et la majorité des entreprises de la commune sont des entreprises du secteur du bâtiment ou de transport (marchandises ou voyageurs)
Le secteur industriel est inexistant, vu la géographie de la région et l’état des routes, l’isolement de la région, la fiabilité du courant électrique, … le secteur n’est pas prêt de se développer.
La récente réalisation de la route d’Azaghar est une très bonne nouvelle, elle permet de réduire la distance vers le chef leu de la Wilaya et de diversifier les accès.

Suite à ça, logiquement, le taux du chômage est élevé, sur touts pour les jeunes, et pour trouver du travail il faut aller souvent loin, ce qui explique l’exode de la population vers les grandes villes et vers l’étranger